Sophie Marceau

Son compliment m'avait fait sourire, mais m'avait aussi mise mal à l'aise. Je continuais la randonnée le pied gauche un peu rentré vers l'intérieur. Plus nous nous rapprochions du sommet, et plus elle m'attirait. Plus elle m'attirait, et plus j'étais mal à l'aise. Plus j'étais mal à l'aise et plus mon pied gauche rentrait vers l'intérieur.

Advertisements

Sissi- Discrétion assurée

Cette carte, elle ne la distribue pas aux hommes, mais aux femmes. Là, tu penses ' Ah, un service de téléphone érotique lesbien'. Oui, ça aurait pu. Mais c'est mal connaître Sissi. C'aurait été trop facile, et honnêtement, je ne suis pas sûre qu'elle aurait été très à l'aise avec ça. Non, ce service s'adresse aux hommes.

Entre nous

Quand tu es là, près de moi, je n'ai pas besoin de feuille blanche. Tu es ma feuille blanche, vierge de tout. Et je t'imagine vierge de tout amour avant le mien, avant le notre. Je sais que non. Mais j'imagine pour y croire. Pour me rassurer.

Ponctuée

Quatre ongles rongés, deux au vernis presque complètement enlevé. Sous l'index de la main droite, un peu de sang. Le sien. Celui de son crâne qu'elle se grattait frénétiquement quand elle attendait.Et attendre, elle ne faisait que ça.

La fermeture

J’attends devant la porte des toilettes. J’entends son urine frapper l’eau du fond de la cuvette. Je reste près de la porte. Quand elle sort, je me précipite à sa suite. Je déboutonne mon jean en vitesse, baisse ma culotte, et pose mes fesses sur la cuvette encore chaude des siennes.

Lit/bi/dos

Elle ne me croirait pas si je le lui disais, mais je pourrais être heureuse comme ça. Sans qu’elle ne se déshabille. Pas parce que je n’ai pas envie d’elle. Parce que je veux prendre le temps pour chaque partie de son corps. Avec sa bouche, elle peut m’occuper des semaines entières. Elle ne me croirait pas, elle dirait « Tu dis ça à toutes les filles ».

Adorexique

Je me retrouve dehors avec elle. Elle m'amène derrière la salle des fêtes et s'assoit dans l'herbe. Il ne fait pas encore nuit mais le soleil se couche. De la poche de son pantalon elle sort un paquet de cigarettes. Elle l'allume et me dit ' T'en veux une?' Je ne sais pas trop quoi répondre, je voudrais qu'elle me prenne pour une grande, mais je n'ai jamais fumé et maman m'a dit que ce n'était pas sage. Elle ébouriffe mes cheveux ' Relax, je rigole. Je le sais que tu fumes pas.' Je souris, soulagée.